Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section air

Faits saillants

Mai 2021 : le troisième plus faible apport en eau printanier des archives au sud, suivi d’un déficit de pluie record au sud-ouest

Un déficit de pluie record dans l’extrême sud-ouest a suivi la crue printanière au troisième plus faible apport en eau total des archives au sud du Québec, lors de ce septième mois consécutif plus chaud que la normale au Québec. Au sud-ouest de la province, la crue printanière s’est terminée très tôt en mai. En effet, la fonte hâtive qui n’y avait laissé que 75 mm d’eau dans le couvert de neige au 1er avril, puis un minimum record de 12 mm à la mi-avril, n’a gardé que 3 mm pour le début mai, soit 74 mm de moins que la normale et de 114 à 146 mm de moins qu’au début mai 2017, 2018, 2019 et 2020. Du 1er avril au 15 mai, toujours au sud-ouest du Québec, 60 mm de pluie ont accompagné cette faible fonte, 32 mm moins abondante que la normale, de sorte que la crue printanière a compté sur un apport en eau de fonte et de précipitations totalisant 136 mm, un minimum record, 6 mm sous le précédent minimum (1987), 115 mm sous la normale et plus de 280 mm sous les maximums records (2017 et 2019). L’apport en eau total au cours de cette période a été le deuxième plus faible des archives dans la rivière des Outaouais. Par ailleurs, il représente un minimum record au nord-ouest du Saint-Laurent et dans la rivière Chaudière, et le troisième plus faible apport en eau total observé au sud-ouest du Saint-Laurent. Au sud de l’Outaouais et des Laurentides, de Montréal et de la Montérégie, le sol a ensuite été laissé à sec, mai offrant aussi peu que 9 à 23 mm de pluie, plutôt que les 90 mm normalement attendus.

Mai 2021 en chiffres
1er  total de pluie le plus bas en Montérégie en mai, avec 9 mm (Coteau-du-Lac)
1er  apport en eau total le plus bas au sud-ouest du Québec, avec 136 mm (du 1er avril au 15 mai)
3e  apport en eau total le plus bas au sud du Québec, avec 219 mm (du 1er avril au 15 mai)
4e  apport en eau de fonte le plus bas au sud du Québec, avec 144 mm (du 1er avril au 15 mai)
9e  apport en eau de précipitations le plus bas au sud du Québec, avec 73 mm (du 1er avril au 15 mai)
3e  période de juin à mai la plus chaude en 100 ans au sud du Québec (6e au Québec)
31e  mois de mai le plus chaud en 100 ans au sud du Québec (31e au Québec)
0,3  °C plus chaud que la normale en mai au sud du Québec (0,8 °C au Québec)
1,7  °C plus chaud que la normale de juin 2020 à mai 2021 au sud du Québec (0,7 °C du record)
87  % de la pluie normale reçue en mai au sud du Québec, avec 64 mm (105 % au Québec, 47 mm)

En Montérégie, Coteau-du-Lac n’a reçu que 9,4 mm de pluie en mai, un minimum en 90 ans d’observations, tout juste sous le précédent record régional (10,4 mm). Dans les Laurentides, les 13,6 mm tombés sur Oka ont été un tiers moindres que le précédent minimum (20,1 mm), et les 21,9 mm tombés sur Saint-Jérôme ont battu le record (22,0 mm) établi en mai dernier, en plus de 65 ans d’observations. En Outaouais, les 22,6 mm reçus à Gatineau (Chelsea) ont battu le précédent minimum (25,2 mm) en 75 ans d’observations. Et ce n’est pas la neige qui a remplacé la pluie : le total de précipitations solides n’a été que de 2 cm en moyenne au sud de la province. Une bonne partie du sud-ouest du Québec subit désormais des conditions de sécheresse modérée à court terme, de Gatineau à Québec, alors que plus au sud, la sécheresse est considérée comme à long terme, en Montérégie et en Estrie, où elle sévit depuis maintenant 13 mois. Le total de pluie a toutefois été graduellement plus près de la normale à l’extérieur de ces régions et l’a surpassée dans la réserve faunique des Laurentides, autour du golfe du Saint-Laurent et au nord-ouest du Québec, pour une moyenne québécoise de 47 mm et de 105 % de la normale.

Mai, présentant une anomalie moyenne de 0,3 °C au sud de la province (+0,8 °C au Québec), place le début d’année 2021 au quatrième rang des plus chauds des cent dernières années, avec une anomalie moyenne de 2,7 °C au sud de la province (+3,4 °C au Québec). Les 12 derniers mois s’inscrivent aussi au troisième rang des périodes de juin à mai les plus chaudes des cent dernières années au sud de la province (sixième au Québec). Au sud du Québec, les 11 jours 3,8 °C plus chauds que la normale en moyenne du 12 au 22 mai ont été à l’image de la chaleur à long terme et du mois précédent, la période du 19 au 21 offrant notamment un maximum quotidien supérieur à 30 °C deux jours durant au sud-ouest de la province et trois jours durant à Saint-Anicet en Montérégie, une première canicule, très locale, en 2021. Mai 2021 a débuté avec 11 jours sous la normale au sud de la province, un scénario quelque peu semblable à celui de mai 2020, qui, après un début de mois plus frais, avait aussi offert une canicule, beaucoup plus étendue celle-là et d’une rare durée de quatre jours pour un mois de mai. Quatre autres journées particulièrement fraîches en fin de mois ont causé un gel tardif qui a fait perdre des heures de sommeil aux agriculteurs et aux viticulteurs et endommagé leurs cultures. Mai s’est ainsi classé au 31e rang des plus chauds au sud de la province et à l’échelle du Québec.

Chronologie des événements

Le 1er et le 2 mai sont les jours les plus froids de ce mois, avec une température moyenne de 1,7 °C au sud de la province et de 0,1 °C à l’échelle du Québec, pour une anomalie moyenne de -2,7 °C au sud de la province et de -0,5 °C à l’échelle du Québec. Ce sont les deux seuls jours sous la normale des 22 premiers de mai à l’échelle du Québec, mais seulement les deux premiers d’une séquence de 11 jours sous la normale, par 1,6 °C, au sud de la province.

Les 5 et 6 mai, 25 à 55 mm de pluie s’abattent de la Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale jusqu’au Saguenay—Lac-Saint-Jean et plus à l’est, le maximum touchant la Côte-Nord.

Du 12 au 22 mai, tous les jours sont plus chauds que la normale, par 3,8 °C au sud de la province et par 2,5 °C à l’échelle du Québec. La période du 19 au 21 est particulièrement chaude, avec une anomalie moyenne de 8,0 °C, et offre un maximum quotidien supérieur à 30 °C deux jours durant au Témiscamingue, en Outaouais, au sud des Laurentides et de Lanaudière, à Montréal, au Centre-du-Québec et en Estrie, et trois jours durant à Saint-Anicet en Montérégie, pour une première canicule, très locale, en 2021. Les 20 et 21 mai sont les jours les plus chauds et les plus anormalement chauds de ce mois, avec une température moyenne de 18,7 °C au sud de la province le 21, une anomalie moyenne de 8,8 °C, et de 12,2 °C à l’échelle du Québec le 20, soit 6,2 °C de plus que la normale. Le maximum moyen atteint 24,5 °C au sud du Québec le 20. Les 21 et 22 apportent de 10 à 35 mm de pluie sur les régions au nord du Saint-Laurent, en Chaudière-Appalaches et dans l’est de la province, et près de 60 mm sur les montagnes de la Gaspésie, alors qu’une masse d’air froid descend du nord de la province et fait chuter la température moyenne de 10,6 °C au sud du Québec entre le 21 et le 23.

Les 23 et 24 mai sont plus froids que la normale. Le 23, la température moyenne descend à 3,3 °C à l’échelle du Québec, soit une anomalie moyenne de -2,4 °C. Le 24, elle descend à 7,3 °C au sud de la province, soit 2,7 °C de moins que la normale.

Les 25 et 26 mai, la température moyenne grimpe de 9,0 °C au sud de la province et atteint 16,3 °C le 26, soit 5,8 °C de plus que la normale, et 8,4 °C à l’échelle du Québec, 2,2 °C au-delà la normale. Alors que la masse d’air chaud suit son chemin, les régions du sud de la province reçoivent de 10 à 45 mm de pluie, la réserve faunique des Laurentides en recevant le maximum et la Montérégie en étant pratiquement épargnée. Le maximum moyen atteint 22,1 °C en moyenne au sud du Québec le 26, sa quatrième valeur la plus élevée de mai.

Le 27 mai, à la suite d’une brusque baisse de 16,1 °C en 24 heures, le maximum moyen se retrouve à 6,0 °C en moyenne au sud de la province (3,4 °C au Québec). Il s’agit de sa valeur la plus basse du mois, à 9,6 °C sous la normale. Les trois nuits suivantes sont même sous le point de congélation par 1,8 °C en moyenne au sud de la province, soit 6,4 °C sous la normale, un gel tardif qui fait mal aux vignobles et producteurs de fruits. Le 28 est globalement la journée la plus anormalement froide du mois, avec une anomalie moyenne de -7,1 °C au sud de la province (-5,8 °C au Québec). Alors que la température moyenne se maintient à 3,5 °C au sud de la province (1,2 °C au Québec) les 27 et 28, les nuits demeurent froides les 29 et 30, mais le maximum moyen repasse la normale le 30 et atteint 19,6 °C (18,1 °C au Québec).

Les 30 et 31 mai, de 10 à 30 mm de pluie arrosent l’Estrie, la Chaudière-Appalaches, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie.

Crue printanière 2021 : le plus faible apport en eau des archives au sud-ouest de la province?

L’apport en eau total entre le 1er avril et le 15 mai 2021 a été le plus faible en 59 ans d’observations au sud-ouest de la province (136 mm), sous ceux de 1987 (142 mm), 1968 (150 mm) et 2012 (154 mm), et le troisième plus faible en moyenne au sud du Québec (219 mm), se classant parmi les minimums records de 1987 (212 mm), 1998 (216 mm), 2010 (230 mm), 1965 (237 mm) et 2012 (243 mm). En moyenne au sud du Québec, la quatrième fonte la plus faible (144 mm) a été accompagnée du neuvième total de précipitations le plus faible (73 mm), malgré la pluie abondante tombée sur l’est de la province. Dans la rivière des Outaouais, l’apport en eau total (115 mm) a été le deuxième plus bas observé, à 17 mm du minimum record (2012) et plus de 300 mm sous les maximums record (2017 et 2019). Au nord-ouest du Saint-Laurent, l’apport en eau (130 mm) a été 3 mm sous le précédent minimum (1987) et 374 mm sous le maximum record (2017). Au sud-ouest du Saint-Laurent, l’apport en eau (103 mm) n’a surpassé que de 15 et 10 mm les minimums record (1968 et 1999) et a été 245 mm plus bas que le maximum record (2019). La rivière Chaudière a quant à elle compté sur 157 mm, soit 9 mm de moins que le précédent minimum (1965).

Aux fins de comparaison interannuelle, le début de la fonte printanière est fixé au 1er avril au sud du Québec, puisqu’il s’agit de la date mitoyenne des archives à laquelle le contenu en eau maximal dans le couvert de neige a été mesuré. Ce standard implique tout de même que la fonte commence avant le 1er avril près d’une année sur deux. Une fonte de 23 mm est même la norme durant les deux dernières semaines de mars. Cependant, neuf des quinze printemps aux faibles apports historiques ont été marqués par des fontes hâtives plus abondantes, notamment en 1987 (72 mm), 2012 (102 mm) et 2021 (72 mm). Si on décale la période de fonte de deux semaines pour ces neuf printemps, du 16 mars au 30 avril, l’apport en eau total du printemps 2021 demeure toutefois le troisième plus faible observé à l’échelle du sud du Québec (253 mm). Ce décalage a pour effet de hausser l’apport en eau total de 2021, mais aussi celui des huit autres printemps hâtifs. Les printemps 2010 (230 mm) et 1965 (237 mm), non affectés par une fonte hâtive, ressortent ainsi comme les deux minimums record au sud du Québec. Au sud-ouest, le printemps 2021 décalé (220 mm) passe au dixième rang en comparaison avec les autres printemps à la fonte « normale ». Il est cependant le printemps hâtif le plus sec observé, suivi d’un total de pluie d’un minimum record par endroits en mai, que le décalage exclut des comparaisons.

Les dernières années ont connu leur lot de crues printanières abondantes, qui ont causé d’importantes inondations en 2017 et 2019, mais qui sont restées sous contrôle en 2018 et 2020, malgré les huitième et douzième plus abondantes fontes. Par ailleurs, bien que les 15 dernières années aient été le théâtre de cinq des dix plus importants apports en eau au sud-ouest (2008, 2011, 2014, 2017 et 2019), elles ont aussi connu quatre des dix plus faibles (2007, 2010, 2012 et 2021). Pour en savoir davantage sur la projection en climat futur des crues printanières, nous vous invitions à revoir l’analyse de la crue printanière de 2019, qui contient une section sur le sujet.

2021 : un début d’année 3,4 °C plus chaud que la normale au Québec

Le début d’année 2021 a présenté une anomalie moyenne de 2,7 °C au sud de la province et de 3,4 °C à l’échelle du Québec, entre janvier et mai, par rapport à la normale de 1981-2010. Il a apporté moins de neige que la normale au sud de la province (114 cm, -36 cm) et à l’échelle du Québec (123 cm, -18 cm). Le sud du Québec a aussi reçu moins de pluie que la normale (124 mm, -24 mm), mais la moyenne québécoise (91 mm) a été ramenée à la normale par l’excès de pluie tombée dans l’est de la province, qui a atteint 151 mm sur la Basse-Côte-Nord.

Température maximale (°C)
Température moyenne (°C)
Température minimale (°C)
Pluie totale (mm)
Température maximale (°C) - Anomalie
Température moyenne (°C) - Anomalie
Température minimale (°C) - Anomalie
Pluie (%) Pourcentage de la normale
TTempérature maximale (°C) - Classification
Température moyenne (°C) - Classification
Température minimale (°C) - Classification

Sommaire mensuel géostatistique pour le Québec

Mai 2021 Moyenne Anomalie
(réf. 1981-2010)
Classification
(réf. 1981-2010)
Température maximale (°C) 10,5 0,7 Normal
Température moyenne (°C) 5,3 0,8 Normal
Température minimale (°C) 0,0 1,0 chaud


Apport en eau total dans les régions hydrographiques au sud du Québec du 1er avril au 15 mai (mm)

Année Sud du Québec Outaouais
et Montréal
Saint-Laurent
nord-ouest
Saint-Laurent
sud-ouest
Chaudière
2021 219 132 157 103 130
2020 333 272 406 161 288
2019 423 433 500 348 453
2018 358 285 366 266 348
2017 412 420 531 306 408
2016 308 282 368 137 203
2015 339 287 331 234 311
2014 388 368 416 324 366
2013 325 321 327 137 218
2012 243 115 212 135 149
2011 353 273 354 340 381
2010 230 164 270 146 210
2009 346 261 346 170 297
2008 394 320 435 282 424
2007 253 153 246 183 301
2006 331 233 369 144 169
2005 347 244 355 201 315
2004 352 250 348 177 255
2003 273 198 259 185 250
2002 344 300 364 201 281
2001 273 235 293 238 285
2000 279 191 289 241 279
1999 302 245 323 93 184
1998 216 163 255 117 203
1997 363 358 468 236 320
1996 322 303 341 264 332
1995 296 175 279 105 168
1994 341 279 342 297 365
1993 306 226 300 267 285
1992 303 282 307 174 231
1991 319 259 339 195 323
1990 286 223 284 158 191
1989 294 227 335 177 265
1988 276 241 316 164 224
1987 212 153 166 107 141
1986 276 198 281 108 168
1985 282 281 333 169 245
1984 329 293 367 242 388
1983 366 278 374 264 332
1982 323 245 327 254 360
1981 342 271 332 161 207
1980 282 214 237 141 143
1979 315 306 304 147 229
1978 329 294 336 295 331
1977 257 270 343 155 291
1976 317 236 353 243 341
1975 277 275 326 218 312
1974 425 398 521 294 431
1973 340 232 325 168 246
1972 363 349 401 280 380
1971 327 310 372 332 331
1970 298 301 370 288 318
1969 372 284 416 339 396
1968 264 143 218 88 134
1967 276 268 270 177 205
1966 282 200 291 154 229
1965 237 217 195 136 133
1964 291 224 273 187 232
1963 266 218 260 293 342
Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile