Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca

Bassin versant de la rivière L'Assomption (1997)

Modifier nos pratiques agricoles... la priorité (suite)


Villes et industries: sur une bonne lancée

On dénombre 43 municipalités situées entièrement dans le bassin de la rivière L'Assomption ainsi que 35 autres qui le touchent en partie. La plupart des municipalités, dont celles de Joliette, L'Assomption, L'Épiphanie et Repentigny, s'alimentent en eau potable à partir des eaux de surface. Plus de 100 000 personnes dépendent ainsi de la qualité des cours d'eau pour leur approvisionnement. L'alimentation en eau des autres résidences et chalets répartis sur 90% du territoire se fait surtout à partir des eaux souterraines.

Dans le bassin, un total de 378 établissements industriels ont été recensés. Le ministère de l'Environnement et de la Faune du Québec (MEF) classe 42 de ces établissements au rang des entreprises polluantes ou susceptibles de l'être. La moitié d'entre elles appartiennent au secteur agroalimentaire, les autres étant surtout dans les secteurs de la chimie, des pâtes et papiers et de la transformation métallique. Près de 60% de ces entreprises ont complété les travaux correctifs demandés par le MEF.

Le traitement des eaux usées... faut pas lâcher

Depuis la fin des années 70, un certain nombre de travaux d'assainissement urbain et industriel ont été réalisés. Aujourd'hui, les eaux usées de 55% de la population du bassin - environ 85 000 personnes - sont acheminées à un réseau d'égouts municipal. En 1997, avec l'achèvement des travaux effectués dans les municipalités de Charlemagne et de Le Gardeur, les eaux usées de 49 000 personnes seront traitées par une station d'épuration.

Émissaire urbain

Émissaire urbain qui rejette dans le ruisseau Vacher les eaux usées
de la municipalité de Saint-Jacques, après traitement.

La municipalité de Joliette: des actions concrètes à venir

La municipalité de Joliette, bien que desservie par un réseau d'égouts, ne possède pas de système de traitement. La contamination de la rivière L'Assomption dans le secteur y est d'ailleurs très visible. Alors que plusieurs personnes se baignent en amont de l'émissaire de la ville, aucune d'entre elles n'oserait s'y risquer en aval. Cependant, une station de traitement des eaux usées municipales et industrielles de la ville sera construite et mise en exploitation d'ici à 1999.

Photo d'un chalet

Des résidences ou des chalets non raccordés à un réseau d'égouts ou à une station d'épuration se trouvent un peu partout dans le bassin. Lorsque ces habitations ne disposent d'aucune fosse septique ou que celle-ci s'avère défectueuse, des problèmes locaux de contamination des eaux de surface ou souterraines peuvent apparaître et nuire à certains usages.

Retour à l'index - Rivière L'Assomption  Section précédente   Section suivante

Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021