Aller au contenu
 
Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section ministère

Communiqué de presse

Ville de Québec
Le ministre Benoit Charette annonce le lancement des travaux du Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques

Québec, le 24 mars 2022. – Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval, M. Benoit Charette, annonce, ce jeudi, que le docteur Jean-Pierre Charland présidera le groupe de travail indépendant chargé de brosser un portrait de la contamination de l’air dans le quartier Limoilou. Il sera accompagné par le docteur Claude Thellen, qui agira à titre de secrétaire du groupe de travail. Bien que d’autres experts scientifiques et spécialistes de la santé publique seront appelés à se joindre au groupe de travail au cours des prochaines semaines, les travaux du groupe, dont le rapport est attendu le 1er décembre 2022, débutent dès maintenant.
 
Docteur en chimie, Jean-Pierre Charland est un gestionnaire retraité de la Division de la recherche sur la qualité de l’air à Environnement et Changement climatique Canada. Fort d’une carrière de chercheur de plus de 20 ans, il a aussi acquis une solide expérience de gestion. Il a notamment été le représentant du gouvernement fédéral au Programme de surveillance national de la pollution atmosphérique au cours des 12 dernières années. Pendant une dizaine d’années, il a aussi fait partie de la délégation canadienne dans le cadre de l’Accord Canada–États-Unis sur la qualité de l’air.
 
Docteur en écologie, Claude Thellen, un autre gestionnaire aguerri, a accumulé une vingtaine d’années de gestion dans les domaines de l’environnement et de la santé environnementale. Il a notamment travaillé au Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pendant plus de 20 ans. Il a également signé de nombreux articles, études et recherches à caractère scientifique.
 
Rappelons que ce groupe de travail indépendant a comme mandat de recommander et de prioriser les actions à mettre en œuvre pour améliorer la qualité de l’air dans le quartier Limoilou. Il devra entre autres passer en revue les impacts potentiels de l’incinérateur de Québec, du chauffage au bois, des activités portuaires et du camionnage lourd dans la Basse-Ville de Québec.
 
Un comité technique formé de membres du personnel des ministères concernés, dont le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC), le ministère de la Santé et des Services sociaux et le ministère des Transports, sera mis à la disposition du groupe de travail pour répondre à des interrogations d’ordre technique.
 
Le Groupe de travail sur les contaminants atmosphériques devra tenir compte de l’ensemble des données et analyses pertinentes ainsi que des travaux réalisés ou en cours dans le secteur, tels que ceux menés actuellement par le Comité de vigilance des activités portuaires (CVAP), le Comité intersectoriel sur la contamination environnementale et la qualité de l’air de l’arrondissement La Cité-Limoilou (CICEL) et le projet Mon environnement, ma santé.
 
Citation : 
 
« J’ai bien écouté les préoccupations de la population de Québec sur la qualité de l’air dans la Basse-Ville. J’ai aussi pu constater que, malgré tous les efforts déployés pour améliorer la situation, aucune solution définitive ni même temporaire n’a pu être trouvée. Je remercie les docteurs Charland et Thellen d’avoir accepté ce mandat important et leur souhaite évidemment tout le succès possible dans leurs travaux. Je remercie également à l’avance les autres membres qui s’ajouteront au groupe de travail. J’attendrai avec impatience leurs recommandations. »
 
Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval  
 
Faits saillants :
  • La création de ce groupe de travail le 18 février 2022 faisait notamment suite aux demandes du maire de Québec qui souhaitait obtenir l’information précise sur l’ensemble des contaminants émis et déterminer les sources d’émission de polluants dans ce secteur de la ville. Elle s’inscrivait également dans le cadre du portrait des sources de contaminants atmosphériques et sonores que doit dresser le MELCC, une mesure annoncée dans le budget 2021-2022 du Québec. À noter que le ministre Charette avait aussi annoncé, en février dernier, l’installation prochaine d’une huitième station de suivi de la qualité de l’air dans Limoilou.
  • En parallèle, le MELCC entend poursuivre ses interventions de contrôle sur le territoire du port et de l’incinérateur de Québec. Il collabore aussi avec la Direction de santé publique de la Capitale-Nationale à la réalisation de son étude globale de la qualité de l’air dans Limoilou, Vanier et la Basse-Ville de Québec.
- 30 -

SOURCES :

Rosalie Tremblay-Cloutier  
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval
Tél. : 438 777-3777
Relations avec les médias
Ministère de l’Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991

 

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile