Navigation par thématique
Menu de la section développement durable

Exemples de réalisations en matière de développement durable

Les ministères et organismes agissent à leur façon pour intégrer le développement durable à leurs activités. Découvrez quelques exemples de leurs réalisations (2018-2019) :

Ministère de l’Économie et de l’Innovation

Quelques chiffres

Fonds écoleader

  • Un programme de 18,5 M$
  • 50 000 entreprises visées
  • 18 agents régionaux pour soutenir l’adoption de pratiques écoresponsables et l’implantation de technologies propres

Création du Fonds Écoleader, pour des entreprises engagées dans une croissance verte

Les pratiques d’affaires écoresponsables sont de formidables mesures d’adaptation des entreprises à une économie changeante. Les entreprises n’ont toutefois pas toujours les ressources ou l’expertise nécessaires pour améliorer leur compétitivité grâce à l’implantation de pratiques écoresponsables et de technologies propres.

Pour aider les entreprises à accroître leur performance tout en améliorant leur bilan environnemental, le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) a lancé en 2019 le Fonds Écoleader. Coordonné par le Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD), en collaboration avec le Centre québécois de développement durable (CQDD) et Écotech Québec, le fonds a pour objectif d’orienter et soutenir 50 000 entreprises québécoises dans l’implantation d’un large éventail de pratiques d’affaires écoresponsables et de technologies propres.

Se voulant une solution simple et adaptée à la réalité des entreprises, le Fonds Écoleader met trois initiatives complémentaires à la disposition des entreprises :

  • Un réseau d’agents régionaux pour les guider vers les experts, les sources de financement et les outils qui leur permettront de réaliser leurs ambitions;
  • Une enveloppe de 18,5 M$ qui permettra de les soutenir dans l’adoption de pratiques écoresponsables ou l’implantation de technologies propres;
  • Une plateforme Web qui comprend un outil d’éco-orientation et des répertoires de prestataires de services, de fournisseurs et de programmes de financement pour les appuyer dans leur passage à l’action.

Régie du bâtiment du Québec

Quelques chiffres

RBQ

  • Un projet de règlement portant sur le rehaussement des exigences énergétique des bâtiments commerciaux, institutionnels et résidentiels de grande hauteur est en cours d’adoption.
  • En 2018-2019, la RBQ a fait plus de 450 000 $ d’acquisitions écoresponsables.

Faciliter la construction de bâtiments verts ici… et ailleurs!

Avec la publication des guides sur les toits verts et sur les bâtiments en bois de grande hauteur, la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) facilite le déploiement de nouvelles techniques de construction qui favorisent la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les stratégies de construction innovantes bénéficient à l’ensemble des Québécois et des Québécoises, que ce soit l’utilisation accrue du bois, une ressource locale aux atouts écologiques indéniables, ou l’installation de toits végétalisés, efficaces pour contrer les îlots de chaleur. En facilitant le recours à des techniques de construction plus vertes tout en assurant la qualité et la sécurité des bâtiments qui en sont issus, le Québec s’est taillé une place de choix parmi les leaders mondiaux de la construction durable. L’expertise du Québec en matière de bâtiments en bois de grande hauteur est d’ailleurs largement reconnue par des experts de partout dans le monde, qui ont été nombreux à s’inspirer de ses travaux. En publiant un guide technique sur la construction des toits végétalisés pour les bâtiments, le Québec est devenu le premier état nord-américain à mettre en valeur les toits verts sur l’ensemble de son territoire.

La Financière agricole du Québec


Mme Mélissa Daigle, de la ferme Kobec, est la seconde candidate à recevoir la bourse.
Crédit photo : Manon Daigle
Quelques chiffres

Concours Tournez-vous vers l’excellence

  • Plus de 375 candidatures au concours Tournez-vous vers l’excellence! depuis sa création en 2005
  • 13 000 $ en bourses et jusqu’à cinq gagnants par année
  • 1 500 $ à l’un des candidats s’étant démarqué en matière de développement durable

Fière de l’excellence en développement durable de la relève agricole

Partout au Québec, de jeunes agriculteurs travaillent sans relâche pour offrir aux Québécois et Québécoises des produits frais et sécuritaires pour garnir leurs assiettes. Depuis 2018, une catégorie spécifique du concours Tournez-vous vers l’excellence! de La Financière agricole du Québec (FADQ) reconnaît l’excellence des pratiques en développement durable des jeunes entrepreneurs.

Que l’on parle de culture ou d’élevage biologique, d’implication sociale ou d’innovation, ces jeunes entrepreneurs de la relève contribuent activement à améliorer l’agriculture au Québec. Attentive à leur performance et à leur expertise grandissante, la FADQ reconnaît et récompense maintenant chaque année un nouveau leader de la transition vers des modèles d’affaires agricoles plus durables.

Ministère des Relations internationales et de la Francophonie


Crédit photo : Éric Labonté
Quelques chiffres

Colloque international sur la sécurité alimentaire et la nutrition à l’heure des changements climatiques

  • 85 % du menu concocté à partir de produits frais et locaux
  • 25 % d’aliments biologiques
  • Tablée de la solidarité ayant permis d’amasser des fonds pour fournir 10 000 repas à 125 enfants de Madagascar

Récompensé pour sa gestion d’événement écoresponsable

Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) a remporté en 2018 le prix Grand Vivats reconnaissant l’excellence de ses choix écoresponsables ainsi que les répercussions environnementales et socioéconomiques positives de son important Colloque international sur la sécurité alimentaire et la nutrition à l’heure des changements climatiques, organisé conjointement avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Avec son événement, le MRIF a contribué à relever la barre de l’exemplarité gouvernementale en matière d’organisation d’événements écoresponsables.

Parmi les bons coups de l’événement, notons :

  • Le recours à des produits alimentaires locaux et de saison, issus le plus possible de l’agriculture biologique;
  • L’offre de repas sains et nutritifs avec options végétarienne et végétalienne;
  • Une bouchée sucrée faite à partir de farine de grillon offrant une solution de rechange nutritive et délicieuse aux protéines animales;
  • Un kéfir élaboré à l’aide d’aliments gaspillés lors des réceptions du Colloque;
  • Des surplus alimentaires distribués à l’organisme communautaire le Pignon Bleu;
  • La tablée de solidarité (repas « frugal » en fin de colloque) a permis d’économiser 5 000 $, qui ont été remis à l’Association Sarobidy pour nourrir des enfants de Madagascar.

Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Quelques chiffres

Mois de l’arbre et des forêts

  • Plus de 900 activités dans 17 régions du Québec
  • Plus de 27 000 bénévoles
  • Plus 800 000 arbres distribués à la population
  • Plus de 1 000 000 de contacts directs avec la population à la grandeur du Québec

Mois de l’arbre et des forêts au Québec

À l’occasion du Mois de l’arbre et des forêts, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et ses partenaires organisent plus de 900 activités partout à travers le Québec dans le but de faire réaliser à la population l’importance de cette ressource dans toutes les sphères de la vie quotidienne, du milieu de travail, aux loisirs, ou encore par l’utilisation des milliers de produits de l’arbre.

Au mois de mai, le MFFP met de jeunes plants d’arbres de deux ans produits dans ses pépinières à la disposition de municipalités et d’écoles. Pour y avoir accès, ces derniers doivent organiser un projet de sensibilisation de la population à l’importance et au respect de l’arbre, des forêts et des produits du bois, incitant celle-ci à poser des gestes concrets pour l’amélioration de l’environnement.

Les arbres offerts par le MFFP sont des espèces forestières indigènes du Québec ayant une bonne longévité, soit plus de 100 ans! Ces arbres grandiront pour atteindre de 20 à 25 mètres de hauteur, certains dès l’âge de 30 ans. Ils contribueront notamment à capter du CO2.

Société des alcools du Québec


Crédit photo : Éric Myre
Quelques chiffres

SAQ

  • 41 certifications LEED-CI
  • 4 certifications BOMA BEST
  • 3 millions de bouteilles de verre recyclées et récupérées dans ses infrastructures (planchers, mobilier, etc.) (2019)
  • 6 500 bouteilles de vin ayant trouvé une seconde vie dans le vignoble expérimental (2019)

Aménager les bâtiments de façon écoresponsable et encourager la recherche et le développement

Leader en matière de bâtiment durable, la Société des alcools du Québec (SAQ) est l’un des plus grands détenteurs de certifications LEED-CI au Québec. Ces certifications garantissent que les constructions et l’aménagement des sites ont été conçus de façon écologique et optimale. Divers projets d’aménagement de la SAQ servent également de banc d’essai pour toutes les innovations liées au verre recyclé (planchers, mobilier, paillis, etc.).

Depuis 15 ans, la SAQ encourage le génie québécois en soutenant entre autres les chercheurs de la Chaire SAQ de valorisation du verre dans les matériaux de l’Université de Sherbrooke, qui ont développé l’usage du verre broyé ou pulvérisé dans le béton et le pavé unis. Cette recherche a permis :

  • le dépôt d’un brevet pour cette découverte;
  • la reconnaissance de l’efficacité de la poudre de verre en remplacement du ciment dans le béton par la norme canadienne CSA-A3000, « Compendium de matériaux cimentaires ».

Crédit photo : Éric Myre

La SAQ s’est également associée au projet de recherche en agriculture urbaine Vignes en ville, qui analyse les bénéfices du verre récupéré intégré au terreau des plants en pot ou utilisé en paillis pour les plants en sol. S’inspirant du concept d’économie circulaire, le projet permet d’évaluer l’effet du verre recyclé (ex. : diffusion de la chaleur, irrigation) sur la croissance de la vigne et de ses fruits, ainsi que ses bénéfices pour l’agriculture en général. Plus de cent pieds de vigne ont entre autres été plantés au siège social de la SAQ à l’été 2018.

Société des établissements de plein air du Québec


Parc national d’Aiguebelle
Crédit photo : Mathieu Dupuis
Quelques chiffres

Sépaq  

  • 23 parcs nationaux et 1 parc marin
  • 13 réserves fauniques
  • 8 établissements touristiques
  • Plus de 50 000 km2 de territoire

Pionnière de la conservation participative dans les zones périphériques des parcs nationaux

La Société des établissements du plein air du Québec (Sépaq) est la gardienne des plus riches territoires naturels du Québec. Chaque année, elle met en œuvre de nombreuses actions afin d’accroître son leadership en matière de conservation et réalise des activités ayant pour objet les suivis environnementaux, et ce, afin d’assurer la pérennité des écosystèmes et des richesses naturelles qu’ils comportent.

La Sépaq s’est dotée de deux outils afin de jouer pleinement son rôle relatif à la conservation des parcs nationaux du Québec : les plans de conservation de chacun des parcs nationaux et le Programme de suivi de l’intégrité écologique des parcs nationaux du Québec (PSIE). Ces outils facilitent la planification des actions à réaliser en vue de bien conserver les richesses écologiques des territoires et permettent de mesurer les retombées des actions entreprises et d’apprécier l’état de santé général des parcs nationaux.

Les zones périphériques des parcs nationaux

Plus de la moitié des enjeux de conservation des parcs nationaux, dont les plus importants, sont directement tributaires de ce qui se passe à l’extérieur de leurs frontières. C’est pourquoi, depuis 2014, beaucoup d’énergie a été investie pour mobiliser les organismes et les propriétaires limitrophes et en périphérie des parcs nationaux dans la conservation de ces derniers. L’accent a également été mis sur la mobilisation de ces acteurs pour les amener à prendre conscience de l’influence qu’ils peuvent avoir sur la protection des parcs nationaux et pour qu’ils s’impliquent activement dans la conservation des milieux naturels des zones périphériques en réalisant des actions concrètes et en adaptant leur utilisation du territoire afin de réduire leur empreinte écologique.

Grâce à la mobilisation régionale des acteurs des zones périphériques, la Sépaq rend participative sa mission de conservation des parcs nationaux et contribue au développement durable et collaboratif du Québec.

Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques


Crédit photo : Nicolas Montibert
Provenance : Fondation Paul Gérin-Lajoie
Quelques chiffres

Programme de coopération climatique internationale

  • Un programme d’une enveloppe totale de 30,1 M$
  • 12,1 M$ pour un troisième appel à projets (2019-2020)
  • Déjà 23 projets financés dans 13 pays

Récompensé par les Nations Unies pour son Programme de coopération climatique internationale

L’Organisation des Nations Unies (ONU) a dévoilé, le 26 septembre 2019, les 15 lauréats des Prix de l'action climatique mondiale 2019, parmi lesquels figure le Programme de coopération climatique internationale du Québec (PCCI) du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC). Il s’agit d’une reconnaissance marquante, d’autant plus que le secrétariat de l’ONU a reçu un nombre record de 670 candidatures cette année.

Le Programme de coopération climatique internationale (PCCI) soutient les efforts des pays francophones d’Afrique et des Antilles pour renforcer leur capacité d’adaptation aux impacts des changements climatiques et pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. Il permet notamment :

  • Le renforcement des capacités en vue d’une meilleure prise en charge de la lutte contre les changements climatiques;
  • La recherche technique et scientifique aux fins de la lutte contre les changements climatiques;
  • Le transfert et l’adaptation de technologies propres d’origine québécoise ou éprouvées au Québec;
  • Le développement économique local résilient aux changements climatiques et à faibles émissions de carbone.

Ce programme est administré en collaboration avec le ministère des Relations internationales et de la Francophonie et le ministère de l’Économie et de l’Innovation.

 

Date de publication : Mars 2020

Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile