Navigation par thématique
Menu de la section air

Faits saillants

Canicule de juin 2020 : d’une ampleur, d’une chaleur et d’une durée supérieures à celle de juin-juillet 2018

La canicule du 17 au 23 juin 2020, qui a persisté jusqu’à sept jours localement dans le sud du Québec, a offert un maximum quotidien de 39,1 °C sur la Côte-Nord et a été ressentie jusqu’en Jamésie. Très localement au Saguenay–Lac-Saint-Jean, à La Tuque ainsi qu’au centre-ville de Québec, la canicule a en fait débuté le 16 juin. Elle s’est aussi poursuivie jusqu’au 24 juin près d’Amqui au Bas-Saint-Laurent. Cette période caniculaire a été 5,3 °C plus chaude que la normale et 0,7 °C plus chaude que la canicule de juin-juillet 2018. Couvrant un territoire beaucoup plus vaste qu’en 2018, son maximum moyen a été 1,2 °C plus élevé. Dix-huit (18) records de chaleur absolue en juin et près de 500 records quotidiens ont été battus au sud du Québec durant cette période. À Laurierville, au Centre-du-Québec, les maximums quotidiens du 20 au 23 juin, oscillant entre 33,6 et 34,6 °C, ont tous battus par au moins 1,1 °C le record absolu de chaleur de juin à cet endroit en 83 ans d’observations. En Gaspésie, le mercure a atteint 35,0 °C en juin pour la première fois en 107 ans d’observations à Causapscal, avec 36,0 °C et 35,0 °C les 18 et 19. Le maximum de 37,8 °C mesuré à Grande-Vallée le 23 constitue la plus grande chaleur locale, devant les 37,2 °C du 22 juin 1943. Le nombre de décès liés à la chaleur rapportés à Montréal a été moins élevé qu’en 2018. Les nuits plus fraîches (-0,2 °C) qu’en 2018, particulièrement dans l’extrême sud (-2,8 °C) pourrait en partie expliquer ce taux de mortalité plus faible. Selon la Direction régionale de la santé publique de Montréal, les décès liés à la COVID-19 survenus avant cette canicule pourraient être un autre facteur explicatif.

La canicule du 17 au 23 juin 2020 en chiffres
7  jours de canicule dans l’extrême sud du Québec
1,2  °C de plus le jour que lors de la canicule de 2018 au sud du Québec,
 avec un maximum moyen de 28,5 °C
0,2  °C de moins la nuit que lors de la canicule de 2018 au sud du Québec,
 avec un minimum moyen de 14,1 °C
2,8  °C de moins la nuit que lors de la canicule de 2018 dans l’extrême sud
5,3  °C anomalie de température moyenne au sud du Québec
39,1  °C le 18 juin à Rivière-Pentecôte, une des 20 chaleurs quotidiennes les plus élevées en 150 ans

La chaleur a été caniculaire durant sept jours sur un grand territoire s’étendant de Gatineau à la Mauricie et au Saguenay—Lac-Saint-Jean. Montréal et la Montérégie, où on déplorait la grande majorité des décès liés à la chaleur en 2018, ont de nouveau été le point chaud de cette période de canicule. À Longueuil, la température moyenne a été de 27,4 °C, avec un maximum moyen de 34,1 °C le jour et un minimum moyen de 21,0 °C la nuit, mais la chaleur a été moins accablante qu’en 2018 (28,9 °C en moyenne, 34,5 °C le jour et 22,9 °C la nuit). Le maximum moyen sur sept jours a même été plus élevé encore à Pierreville (34,3 °C) et La Tuque (34,9 °C), de même qu’en milieu urbain à Sorel (35,0 °C), Drummondville (34,8 °C), Saint-Hyacinthe (34,5 °C), Verchères (34,8 °C) et Trois-Rivières (34,3 °C).

En fait, le maximum moyen sur sept jours a surpassé 30,0 °C dans toutes les régions du sud du Québec, hormis la Côte-Nord et la pointe de la Gaspésie, où les plus forts maximums quotidiens de la période ont pourtant été observés. Ces régions ont connu de une à trois journées avec un maximum quotidien supérieur à 30,0 °C, mais pas de manière consécutive. Le maximum absolu observé pour cette période a été de 39,1 °C à Rivière-Pentecôte sur la Côte-Nord le 18 juin, à 0,9 °C du record québécois de chaleur de 40,0 °C et parmi les 20 plus grandes chaleurs observées au Québec depuis 1870. Ce même 18 juin, le maximum a aussi atteint 38,4 °C au nord de Forestville et 37,4 °C à Saint-Prime au Lac-Saint-Jean, pour un maximum moyen de 31,7 °C sur l’ensemble du sud du Québec. Le 23, un maximum de 37,8 °C a été observé à Grande-Vallée en Gaspésie. Toutes ces valeurs surpassent les températures les plus élevées de la canicule de 2018.

Il s’agissait déjà d’une deuxième canicule en 2020, avant même le solstice d’été, et ce, 18 jours seulement après la fin de la canicule hâtive de mai. La canicule du juin 2020 s’inscrit parmi les plus intenses et les plus soutenues des archives climatiques du Québec, qui remontent à 1870. Le record québécois de chaleur de 40 °C a été observé trois fois, dont deux au milieu de vagues de chaleur comparables. Le 6 juillet 1921, le mercure indiquait 40 °C au Témiscamingue lors de trois vagues de chaleur intenses consécutives qui s’étaient étirées du 28 juin au 12 juillet, avec un maximum moyen de 28,4 °C durant ces deux semaines au sud du Québec. Le 1er août 1975, le mercure atteignait 40 °C en Mauricie et une valeur record de 37,6 °C à Montréal et en Montérégie (Saint-Bernard-de-Lacolle), au milieu d’une canicule d’un maximum de cinq jours du 30 juillet au 3 août

Température maximale (°C)
Température minimale (°C)
Température maximale (°C) - Anomalie
Température minimale (°C) - Anomalie

 


Mois précédent

Évaluez cette page

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.