Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Québec.ca A propos du site Recherche English

Bilan de la qualité de l’air au Québec 2016

Ce premier bilan annuel de la qualité de l’air au Québec fait état des concentrations des six polluants les plus couramment mesurés au Québec : l’ozone troposphérique (O3), les particules fines (PM2,5), le dioxyde d’azote (NO2), le dioxyde de soufre (SO2), le monoxyde de carbone (CO) et les particules en suspension totales (PST). En 2016, le suivi de la qualité de l’air du Québec était assuré par 68 stations de mesure situées en milieu urbain, rural et forestier. Le bilan de la qualité de l’air au Québec a pour objectifs d’établir un portrait des concentrations des principaux polluants et d’évaluer les tendances historiques de la qualité de l’air au Québec.

Si la qualité de l’air au Québec est généralement bonne, certaines localités subissent les émissions de certains secteurs comme le transport ou l’industrie. Ainsi, la station de mesure située à proximité de l’échangeur Décarie, à Montréal, enregistre les concentrations de polluants associés au transport comme le dioxyde d’azote et le monoxyde de carbone les plus élevées au Québec. Pour leur part, les localités situées à proximité des plus gros complexes industriels mesurent des concentrations de dioxyde de soufre moyennes jusqu’à 27 fois plus élevées que ce qui est mesuré dans les milieux urbains. Bien qu’épargnées par les polluants reliés au transport et à l’industrie, les stations rurales et forestières enregistrent les concentrations les plus élevées d’ozone troposphérique, un polluant résiduel, dont la formation est complexe.

L’étude des tendances des concentrations démontre une tendance significative à la baisse pour l’ozone troposphérique (en milieu rural et forestier), le dioxyde d’azote, les particules fines, les particules en suspension totales, le monoxyde de carbone et le dioxyde de soufre. Seules les concentrations d’ozone troposphérique en milieu urbain montrent une tendance significative à la hausse.

Bilan (PDF, 1,7 Mo)

Retoru à la page - Rapports de la qualité de l'air


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2019